Nov
16

« LE PRÉ OCCUPÉ »

Nóvas de Emmanuel Valenti Revue N° 818-819 / 2011

Aqueth vrèspe de fin d’aost, lo só qu’èra enqüèra haut quan lo me vedoi, vestit de negre, suu pontòt, au ras deu lavader. Au cap de quauques mètres, que’m semblè de córrer com un petit taure esmalit. A còps que chanquejava ; que’s jumpava un bèth drin, gahat per ua maishanta tranga. Dilhèu e gahava l’alet abans de tornar adretir lèu lo son anar. Que hasè despuish quate dias un terrible caumàs. Qu’èra Miquèu D. qui m’avè demandat, lo matin medish, en tot esdejuar, devath lo capitèu deu C.C.A.S de l’E.D.F.. « Acceptarés de léger poèmas en castelhan d’un jornalista a la cauma ; besèi que’u parlas ! Que son poesias consacradas austorerosfamós qui l’agradan… ».

Abonnez vous pour lire la suite !

Cliquez ici pour vous abonner et bénéficier de l'intégralité des contenus de la revue
Cliquez ici pour acheter les revues papier

Connexion



-v2-