Recherche de mots-clés: Total 8 résultats trouvés.
Catégorie: Espiars Classement

gascon

« Ce n’est pas peut-être le système le plus logique ou le plus ingénieux– ce n’est même pas un système ; c’est une façon d’écrire pour être facilement lu et facilement compris de tout le monde. »J.D. Lafore, Reclams de Biarn e de Gascounhe

Introduccion

Qu’èi causit de començar lo men devís per un extrèit de « Béarn, cap de Gasconha »1, l’ensai qui P. Guyon, poèta e ensagista, escrivó sus Bearn :

« Quel paradoxe, déjà, que parler d’une langue ; en décrire le système et en délimiter l’usage ; montrer son rayonnement, la nommer, même — nous fasse entrer dans des querelles impropres à la compréhension ! Ce que savent un Lorrain, un Tourangeau, c’est que là-bas, au sud, fut une moitié de France au parler d’oc, et qu’une histoire qui n’est pas linguistique ne lui a pas donné raison. Pour lui on parle français à Arles, à Toulouse, à Pau,tout autant qu’à Nancy ou à Blois. De moins en moins, même, ces deux parts de la France se reconnaissent à leur accent. Bien exercé, celui qui pourrait dire : voici un homme de Cahors, voici une femme de Landerneau. S’il prête l’oreille un peu, pourtant, s’il se penche sur les livres, il percevra des aires, comme des versants d’un grand massif : Limousin, Auvergnat, Savoyard, Provençal, Languedocien, Gascon ; et une histoire commune, souvent distincte, sinon pourquoi ces noms ? S’il se penchait encore, il devrait pouvoir dire que le Béarnais est une langue d’Oc qu’aucune différence majeure ne distingue du Gascon. Que s’il est juste qu’on l’en sépare, c’est pour des raisons politiques ; après qu’il fut une langue d’Etat, il resta un idiome officiel dans le Béarn français. C’est donc un dialecte, dans le sens linguistique, qu’a pu contaminer le vocable infamant de « patois ». Aussi veut-il lui préférer le simple mot de langue, lequel est libre de toute indignité. »

gascon

Tèxte arrevirat per Maurici Romieu

Dens un libe deus màgers, L’ombre de l’occitan. Des romanciers français à l’épreuve d’une autre langue (Presses Universitaires de Rennes, 2009), Felip Gardy que s’ei hicat en cèrcas de la preséncia/abséncia de l’occitan dens las òbras de romancèrs qui an escrivut en francés au demiei deus mei arreconeishuts deu sègle XXau, Joseph Delteil, François Mauriac, Jean Giono e deus mei contemporanèus com Pierre Bergou­nioux, Pierre Michon e Richard Millet ; ad aquera lista, que horneish François Salvaing.

Entà cadun d’aqueths autors que perpausa ua lectura intèrna qui amuisha a cada còp quin la preséncia discreta, a còps de mau percéber, de la dusau lenga, au lòc d’estar insignificanta, anecdotica, adaiga l’òbra sancèra e a un ròtle important, màger e dilhèu essenciau dens la soa constitucion. En contrapunt, que s’interèssa, a la fin deu libe, a la personalitat d’un autor gascon qui, peu torn de 1900, après aver escrivut en francés romans etnografics e’s hica a escríver en occitan abans de’s morir de d’òra. De Delbosquet, en occitan, ne’ns demora pas qu’un liberòt de vèrs Capbat la lana, publicat a títol postume per Antonin Perbòsc (véder la version en linha de l’edicion Perbòsc suu blòg d’Andriu de Gavaudan).

Arrevirat deu francés per Maurici Romieu.

 Article tirat de « Les Variantes du discours régionaliste en Béarn », Actes deu collòqui de Pau deus 16 e 17 de noveme 2001, amassats per Jean-Pierre Barraqué e Christian Thibon, « Universitària », Gasconha, Universitat de Pau e deus País de l’Ador (ITEM), Pau-Ortès, p. 243-268.

Mais je ne veux pas dissimuler que cinq ou six ans après j’en vis une gravure que je trouvai fort ressemblante,et mon souvenir n’est plus que la gravure.[1]

Stendhal

 

Tornar aproprià’s la memòria dens lo tèxte literari qu’amia forçadament ua restitucion deu passat e ua mesa a distància deu temps atau constituit, a las quaus se ligan las projeccions imaginadas per l’Autor o lo Legedor ; ua vertadèra fabricacion destinada a la lectura e de la quau l’objectiu ei a l’encòp d’assegurar la foncionalitat textuau (l’Autor n’escriu pas que la soa recomposicion) e de har vàder, activar e exorcisar los presupausats fantasmatics de la lectura (lo Legedor que lei çò qui arreconeish per avanças).

Aqueths mecanismes literaris ne pòden pas estar desassociats de l’implicacion deu subjècte dens l’òbra literària de l’ua part, e de las condicions sociaus de la produccion deu tèxte, deu paisatge e deu lòc dens los quaus e dab los quaus l’escrivan vòu produsir, de l’auta part.

Que precisam que la fin d’aquesta cronica n’ei pas de har un tribalh de normalizacion ni tanpòc de perpausar solucions mes d’amuishar, de l’interior, çò qu’ei lo foncionament d’ua lenga e, de quan en quan, la complexitat d’aqueth foncionament.

Que precisam que la fin d’aquesta cronica n’ei pas de har un tribalh de normalizacion ni tanpòc de perpausar solucions mes d’amuishar, de l’interior, çò qu’ei lo foncionament d’ua lenga e, de quan en quan, la complexitat d’aqueth foncionament.

Que precisam que la fin d’aquesta cronica n’ei pas de har un tribalh de normalizacion ni tanpòc de perpausar solucions mes d’amuishar, de l’interior, çò qu’ei lo foncionament d’ua lenga e, de quan en quan, la complexitat d’aqueth foncionament.

Arrevirat deu francés per Maurici RomieuColette Milhé, qu’ei regenta e que viu a Bordèu. Dens lo darrèr numèro – 818-819 — de la nosta revista, que’vs hasí la recension de Comment je suis devenue anthropologue et occitane, un obratge pareishut a las edicions Le Bord de l’eau de Bordèu, qui’ns conta la soa aventura d’antropològa : (…)« Un tribalh simple d’enquèsta : la singularitat d’ua experiéncia » ; l’istuèra d’ua cercaira en antropologia qui’s peleja dab tots los hantaumes e eisherumis qui’s passejan dens los correders de la recèrca en sciéncias sociaus, e, mei que mei, quan pertòca au demiei dit « occitanista » de Bearn . Que’ns liura ací un tèxte qui perlonga lo son prumèr tribalh de recèrca, qui pertòca a la problematica contenciosa e dolorosa de la lenga occitana deu Bearn. S. J.

Gascon

Se la lenga nosta e va mau, qu’ei per un sarròt de rasons, enter las quaus aquesta : los de qui la foncion intellectuau medisha e deveré estar de la cotivar, enter los quaus e’s tròban los professors e los escrivans, non hèn pas l’esfòrç de la cotivar e que s’acontentan d’ua coneishença mejana e còps que i a mediòcra deu lor instrument de tribalh. Franc Bardòu qu’ei en medish temps professor e escrivan, qu’ei tanben membre de la navèra Acadèmia occitana – Consistòri del Gai Saber e capredactor de la revista Lo Gai Saber ; eh donc, au cap de vint ans d’ensenhament e d’escritura, e a despieit deus conselhs qui l’estón balhats dias a per monde de capatge qui l’ahisquèn a apregonir la soa coneishença de l’occitan, que hè autandas de fautas com vint ans a.